FLORA VOGESIACA

Le projet FLORA VOGESIACA vise à améliorer la connaissance de la flore sauvage du massif des Vosges (hors mousses et lichens) et à mobiliser le grand public et notamment ses botanistes, amateurs ou passionnés.

Il est soutenu financièrement par l'Union Européenne (fonds "FEDER" massif des Vosges), l'Etat (crédits "massif des Vosges") et les Régions Grand Est et Bourgogne Franche Comté.

En effet de nombreuses espèces méritent d'être encore décrites et mieux déterminées. C'est notamment le cas de familles de plantes difficiles à déterminer, comme par exemple les Epervières (Hieracium), ou encore les Alchémilles (Alchemilla).

D'autre part, la connaissance botanique est hétérogène : de nombreux secteurs restent peu prospectés, ou alors les données sont anciennes et commencent à dater. Ainsi près pour près du quart du massif, les données existantes sont de moins de 150 espèces mentionnées, alors qu'il existe plus de 2000 espèces... Et sur la moitié du massif, le nombre d'espèces décrites est inférieur à 250 espèces.... Parmi ces espèces, plusieurs plantes rares, dites "patrimoniales", méritent également d'être recherchées : une liste de 20 espèces prioritaires a été établie.

Enfin l'usage passé et actuel  de la flore sauvage par les habitants du massif reste peu étudié et n'a pas non plus été exploré de manière homogène entre les vallées, les départements et différents secteurs du massif.

 

Ce projet a ainsi démarré en 2020.

Il est piloté par le Parc des Ballons des Vosges dans le cadre de natura 2000, en lien avec le Parc des Vosges du Nord, les communautés de communes de la vallée de la Bruche et du Val de Villé. Bien sûr, ce sont des botanistes professionnels qui sont au manette : les 3 équipes des Conservatoires Botaniques de Lorraine, Alsace et Franche-Comté sont mobilisées.

Dans cette 1ère phase, le projet s'etend sur 3 années, jusque 2022.

 

Les 1ers résultats de FLORA VOGESIACA pour l'année 2020 :

L'année 2020 marque la 1ère année de recherches.

Grâce à la mobilisation des conservatoires, voici les 1ers résultats, intermédiaires, qui sont déjà obtenus :

> à l'issue des premiers travaux, la liste des espèces déterminées sur le massif vosgien s'élève à près de 2272 taxons identifiés. Attention ce chiffre reste à préciser les prochaines années puisque les investigations se poursuivent !
> pour les 20 espèces patrimoniales prioritaires recherchées, seules près de la moitié des stations historiques ou anciennes ont été retrouvées
> grâce à l'inventaire dans des zones réputées sous-prospectées, le programme FLORA VOGESIACA profile comme c'était voulu une répartition plus homogène de la connaissance botanique sur le massif. Ainsi 26 000 nouvelles références floristiques ont été acquises en 2020, sur 191 communes et 118 mailles de 5X5 km. La progression de cette connaissance est illustrée par le schéma ci-dessous :
 
Importance de la connaissance botanique sur le massif des Vosges
 

Et en 2021, que se passe t'il ?

Et bien ça continue !

> prospections dans les secteurs encore pauvres en données botaniques, ou avec des données un peu anciennes
> poursuite des travaux d'identification des espèces réputées difficiles et diffusion des clés de détermination
> poursuite des recherches des espèces rares retenues
 

C'est nouveau en 2021 :

> organisation de journées de découverte de la flore du massif, les 17 avril et 3 juillet 2020. Plus de détails à venir....
Ces journées sont ouvertes à tous !
> organisation de formations "botanique". Ces formations seront réservées, dans un permier temps, aux professionnels
> réalisation et diffusion de clés de détermination pour les familles botaniques un peu compliquées !
> réalisation de nombreuses photographies pour nous aider à mieux identifier les espèces.

 Besoin de vous !

Les équipes de botanistes professionnels restent limitées et rien ne remplace les précieuses données de terrain issues des botanistes bénévoles, notamment des sociétés botaniques (Floraine en Lorraine, la Société Botanique d'Alsace et la Société Botanique de franche Comté).

Vous pouvez ainsi contribuer à cet inventaire :

> en signalant vos observations via les plateformes de saisies en ligne, dont les liens vous sont fournis ici !

> en contactant les équipes des conservatoires ou des sociétés botaniques

Plus particulièrement, le grand public et botanistes locaux seront précieux pour nous informer sur la répartition de plusieurs espèces assez facilement reconnaissables. Un projet participatif est en cours d'élaboration.

Affaire à suivre !!!